Politique agricole 2022. La vision du Conseiller fédéral Schneider-Ammann.

Intensifions la monoculture du libéralisme économique !

C’est une justice à lui rendre. Le Conseillers fédéral Schneider-Ammann reste fidèle à sa doctrine libérale lorsque qu’il définit les grandes lignes de la politique agricole 2022 (PA22+) : la monoculture du libéralisme économique doit être poursuivie, intensifiée. Pour enfin réussir sur cette voie royale, il faut une formation adéquate, une numérisation des exploitations agricoles, l’esprit d’entreprise, du courage et la foi dans les vertus du marché libre. Ainsi, enfin confronté aux lois de la concurrence, le marché, lui seul, décidera qui sera paysan demain, et que contiendront nos assiettes.

C’est un courage à lui reconnaître. Le 24 septembre dernier, près de 80 % du peuple des votants plébiscitait une agriculture de proximité. Ce résultat permettait d’espérer une transition progressive vers de nouveaux traités commerciaux respectant mieux le travail de la terre, instaurant des prix équitables. L’embellie a duré 5 petites semaines, le temps des semailles d’automne. Le Conseiller fédéral s’est rapidement ressaisi pour rappeler qui commande : le marché libéralisé, sans entraves.

L’Union suisse des paysans, les Chambres d’agriculture, toutes celles et ceux qui se sont mobilisés dans les campagnes pour remporter la consultation du 24 septembre sont stupéfaits.

Il ne faut plus rien attendre de notre ministre de l’économie. Plus grave ; sa vision étriquée du travail de la terre retarde l’application de mesures urgentes pour que les campagnes soient vivantes demain. Il est devenu nuisible, il freine l’éclosion de la diversité et du renouvellement.

Gardons l’espoir. L’année prochaine, le peuple se prononcera sur deux initiatives qui seront déterminantes ; celle des Verts pour un commerce équitable et une alimentation de qualité, celle d’Uniterre sur la souveraineté alimentaire. Comme pour la transition progressive vers des énergies renouvelables, acceptée par le peuple, le chemin sera long pour transiter vers une agriculture renouvelable, durable. Nous réussirons.

J’espère vivement que toutes les organisations paysannes se mobiliseront pour que ces deux initiatives soient acceptées par le peuple. N’en déplaise à M. Schneider-Ammann, devenu un Conseiller fédéral hors sol.

Fernand Cuche
Les Prés, 2553 Lignières, le 2 novembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *