Accueil

ArcInfo 20.01.2022 : Courrier des lecteurs « Pôle économique de Marin: et si Fernand Cuche avait raison ? »


Je vous invite à adhérer à  l’Association « La Tène en transition » ou à la  soutenir financièrement, même modestement. Je vous en remercie par avance.

Fernand Cuche
Lignières le 14 janvier 2022

La Tène en transition : 200 oppositions.

Des citoyennes et des citoyens de la commune ont constitué une association « La Tène en transition ». Un des buts de l’association est de sauvegarder des terres agricoles sur la commune. Pour atteindre cet objectif, 200 oppositions ont été déposées à la Chancellerie. Votre engagement pour soutenir cette cause vitale sera bienvenu.

Lien sur le blog de  l’association de « La Tène en transition »
Courriel :  lateneentransition@gmail.com

Adresse : Association La Tène en transition, rte de la Falaise 3, 2074 Marin

Pour des dons : IBAN : CH4200766000103801838, Association La Tène en Transition, rte de la Falaise 3, 2074 Marin




Pôle économique de La Tène : terres agricoles

De la sécurité alimentaire inscrite dans la constitution à l’insécurité alimentaire dans nos assiettes

Produire dans la proximité des aliments de qualité à des prix rémunérateurs et développer des modes de production qui préservent l’environnement constituent la base d’une agriculture durable.

Faut-il encore disposer de suffisamment de terres nourricières fertiles pour assurer durablement le ravitaillement des populations. Rares sont les pays disposant d’une autosuffisance alimentaire complète. Le recours aux échanges commerciaux permet de combler les manques pour autant que le pouvoir d’achat le permette, que les biens alimentaires soient disponibles à des prix abordables.

Le marché mondial des denrées alimentaires est tendu. Depuis plusieurs années, une menace se confirme : le potentiel mondial de la production agricole s’amenuise, alors que la population augmente. Vous y ajoutez les effets néfastes du dérèglement climatique sur les rendements de l’agriculture, et nous voici confrontés à une insécurité alimentaire persistante.

Les opposant-e-s à l’extension de la zone constructible de la Tène, sur 23 hectares de très bonne terre agricole, pensent globalement et agissent localement. Cette prise de conscience citoyenne est pertinente ; elle indique que nous devons redéfinir les priorités quant à l’utilisation du territoire. Préserver les terres nourricières est devenu urgent, notamment pour les pays qui importent une quantité importante de leur alimentation, comme la Suisse, à hauteur de 50 %.

La marge de manœuvre est devenue très étroite pour aménager sans détruire ce qui reste de vital dans nos territoires. La destinée de ces 23 ha doit s’inscrire dans cette réflexion, globale, planétaire.

Dans les semaines à venir, nous développerons ce qui nous amène à penser autrement le territoire, l’alimentation, l’environnement et les pratiques agricoles. Les terres agricoles de la Tène sont favorablement situées pour transiter vers un pôle de développement agricole qui intègre durabilité, sécurité alimentaire et emplois.

Fernand Cuche
Lignières, le 6 janvier 2022


Pôle économique de la Tène (ArcInfo, 17.12.2021)

Le tacle du Ministre de l’environnement et du développement territorial.

Laurent Favre a raison : dans le cadre du premier projet d’agglomération de 2007, j’étais partant pour le développement de trois pôles de développement économique. Ce projet me paraissait opportun, rationnel pour l’aménagement du territoire.

Et je salue les nouvelles mesures prises par les autorités suite à l’acceptation par le peuple suisse d’une modification de la loi sur l’aménagement du territoire en 2017. Une loi fédérale plus restrictive qui contraint les cantons à réduire leurs zones constructibles.

Depuis 2007, le dérèglement climatique se confirme avec ses conséquences néfastes sur la production de denrées alimentaires.

Plus récemment, la pandémie a mis en évidence le rôle important de l’agriculture de proximité dans le ravitaillement de la population. Plus globalement, le potentiel de produire des denrées alimentaires est en diminution au niveau planétaire.

Depuis quelques années, ce constat m’amène à poser un autre regard sur les enjeux de l’agriculture et de l’alimentation. Il y a urgence ; de la sécurité alimentaire, nous passons progressivement à une insécurité alimentaire. Que des femmes et des hommes raisonnent différemment face à cette évolution, et s’engagent pour préserver ce qui reste de nos terres nourricières est primordial.

Fernand Cuche, militant écologiste.
Lignières, le 21.12.21


ArcInfo 17.12.2021: La Tène :

« Fernand Cuche s’en prend au pôle économique »

Télécharger l’article de ArcInfo au format PDF

Voir l’article sur le site de ArcInfo


La Tène (NE), 23 ha de terre cultivée de qualité à préserver

Insécurité alimentaire.

Préserver les terres agricoles : une urgence.

Le peuple suisse avait bien compris l’enjeu en acceptant en septembre 2017 l’arrêté fédéral sur la sécurité alimentaire par 78,7 % de oui. Tous les cantons l’ont accepté. L’arrêté stipule dans son premier alinéa que « en vue d’assurer l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires, la Confédération crée des conditions pour la préservation des bases de la production agricole, notamment des terres agricoles ».

En priorité, ce sont les terres les plus fertiles du pays, désignées comme terre d’assolement par la Confédération, qui doivent être préservées. Elles se situent en plaine pour des raisons climatiques, la qualité des sols et un travail agricole facilité. Et c’est aussi dans ces terres que se sont implantées et tentent de s’implanter encore les industries, les surfaces commerciales, les parcs d’attractions, les pôles de développement économique cantonaux avec les accès routiers que nécessitent de telles infrastructures.

90 % de notre alimentation dépend des sols ; de sols vivants, riches en micro-organismes, en humus et en biodiversité. L’ensemble des terres agricoles du pays fournissent 50 à 55 % de notre consommation actuelle. Pour compléter, nous importons des denrées alimentaires pour les humains ou des fourrages pour nourrir le bétail (bovins, porcs, poulets, etc.).

L’intensification que nous connaissons requiert une mécanisation de plus en plus lourde, une utilisation d’engrais du commerce et des pesticides. Ce mode de production consomme une quantité non négligeable de pétrole. Au niveau mondial, la situation inquiète : le potentiel de production diminue en surface et en qualité pour une population en augmentation. Les conflits armés, les sécheresses ou les inondations nécessitent des programmes d’aides alimentaires d’envergure.

« l’horizon est infini, mais le sol sur lequel des aliments peuvent
 pousser est limité, et il y en a de moins en moins : chaque année,
 l’érosion, la salinisation, la sécheresse, la désertification et
 l’imperméabilisation entraînent la perte de cinq à sept millions
d’hectares de terres cultivables, soit davantage que la superficie
 de la Suisse.»

 Moneta, avril 2018,  Journal de la Banque alternative

Terres nourricières et agriculture de proximité font bon ménage.

La pandémie qui sévit depuis deux ans a révélé avec pertinence ce que nous observons depuis plusieurs années ; la fragilité d’un approvisionnement basé prioritairement sur un au coût de production le plus bas, quelle que soit la provenance. Les acteurs du marché et les transporteurs se chargent de ravitailler les uns et les autres.

Par beau temps, ça tourne plus ou moins bien, là où le pouvoir d’achat est suffisant. Par mauvais temps (pandémies, gel, sécheresses, inondations, manque de main-d’œuvre), les pénuries alimentaires et autres révèlent l’illusion de l’abondance, même dans les sociétés industrialisées, super équipées et riches.

Il est toujours tentant de se rassurer en évoquant une crise passagère, un concours de circonstances malheureux, des gouvernements incompétents. En réalité, c’est tout un système économique, commercial qui se fracture.

Il en est ainsi pour l’alimentation, nous ne pouvons plus parler d’une crise, ce qui présupposerait le retour à une situation antérieure confortable, sécurisante, nous devons parler d’insécurité alimentaire persistante par la disparition irrémédiable de terres agricoles.

Dans un tel contexte, concrétiser de nouveaux pôles de développement économique dans des terres agricoles de grandes valeurs suscitent aujourd’hui de vives inquiétudes et peuvent être considérées comme inadaptés à la nouvelle donne.

Dans la commune de la , à l’ouest du littoral neuchâtelois, les autorités cantonales décident de passer progressivement à la réalisation d’un pôle économique sur 23 hectares de terre d’assolement. L’élaboration de ce projet a commencé il y a une quinzaine d’années. Durant cette période, des préoccupations sociétales ont pris de l’ampleur comme la confirmation d’un dérèglement climatique qui fragilise la production de denrées alimentaires, et depuis deux ans la pandémie, qui au plus fort de sa propagation, remet en évidence le rôle vital d’une agriculture de proximité.

Ces deux phénomènes nous font prendre conscience que ce qui a été projeté avec de bonnes intentions il y a quelques années ne répond pas, dans certains cas, aux priorités d’aujourd’hui. La grande question, pour les autorités politiques et les milieux économiques, est d’intégrer cette nouvelle réalité. Il y a urgence.

Pour le pôle économique de la Tène, il est encore tout à fait possible de suspendre le projet et, en collaboration avec les agricultrices et les agriculteurs de la région, de transiter vers un pôle de développement agricole qui propose des modes de production durable.

23 hectares de bonnes terres nourricières, touchant l’agglomération du littoral neuchâtelois, constituent une chance pour développer à grande échelle une agriculture de proximité.

Fernand Cuche
Lignières, le 18 décembre 2021

Merci de partager :

4 réflexions sur « Accueil »

  1. Merci Fernand pour ton engagement renouvelé
    Ton interview à la RTS de ce jour était convaincant.
    Tes arguments me sont utiles pour convaincre mon entourage.
    Je cultive mon jardin!

    Amitiés.

    Yves Christen
    anc, Président du Conseil National.

  2. Cher Monsieur Cuche,
    Merci pour votre participation à Infrarouge, hier soir! Vos propos, comme toujours, étaient clairs, étayés sur la réalité, irréfutables… Vos interlocuteurs, souvent, ont dû dire:  » c’est vrai…, mais… » J’espère que nous soyons sur la bonne voie pour réussir cette votation nécessaire pour mettre du contenu dans la « Sécurité alimentaire ».
    Meilleures salutations!

    1. Bonjour Monsieur Cuche,

      C’est avec beaucoup d’intérêt que je vous ai suivi, la semaine passée sur Infrarouge. Permettez – moi un petit regret : quand vous dénonciez l’agriculture industrielle vous auriez pu avancer des chiffres qui sont effarants. Il y a quelques mois, j’ai écouté (sur France culture) une émission très intéressante sur la permaculture. L’intervenant disait ceci, si ma mémoire est bonne : en 1940, pour produire 2,4 Calories alimentaires, il fallait 1 Calorie d’énergie fossile. Aujourd’hui, pour 1 Calorie alimentaire, on dépense 7 Calories fossiles, soit environ 17 fois plus d’énergie ! Edifiant, non ?
      Meilleures salutations,
      Olivier Isler

  3. Je vous ai vu dans l’émission « Passe-moi le Jumelles » de hier soir (26.04.19) et ai été très touché par votre émotion lorsque vous parliez de votre endroit favori. Ne vous faites aucun soucis, j’ai 5 ans de plus que vous, mais en public, il m’arrive également de fermer les yeux afin que l’on ne voie pas mes yeux se mouiller !
    Bonne continuation et cordiales salutations.
    André Pozzi /Bourdigny

Les commentaires sont fermés.