Tous les articles par ddf01

Economiesuisse et l’accord de libre-échange avec l’Indonésie.  Un ours et un tigre se font des mamours…

Economiesuisse et l’accord de libre-échange avec l’Indonésie.

 Un ours et un tigre se font des mamours…

 Chef de projet chez Economiesuisse, Carmelo Lagana déclare dans le Matin dimanche du 10 janvier : « Nous voulons transmettre un message positif qui joue avec une certaine émotion. Ces deux animaux peuvent symboliser la Suisse et l’Indonésie. L’image entend montrer que l’accord accepté par le Parlement est gagnant-gagnant pour les deux pays. Nous voulons montrer que l’accord avec l’Indonésie ne se limite pas aux questions économiques mais également à d’autres domaines dont le développement durable avec le respect des conditions de travail en vue de l’importation de matières premières en Suisse».

Comme c’est touchant, surtout pour les enfants. Ces malheureux n’ont pas encore le droit de vote. De là à considérer le peuple des votants comme de grands gamins et gamines, je ne franchirai pas le pas par crainte de m’exposer à de sérieux coups de griffes. Pour le choix de l’ours, je comprends ; il fait partie de notre mémoire collective ; il y a quelques semaines encore, il figurait toujours sur de nombreux biscômes. En plus, il revient au pays après s’être égaré dans des contrées lointaines. Quelle douce surprise pour lui lorsqu’il sortira de l’hibernation, il pourra se délecter d’une huile de palme spécialement choisie pour lui par son ami le tigre. Le tigre d’Asie est un fauve connu, que dis-je, un seigneur. Chez nous, il s’est manifesté dans plusieurs stations-services. Vous en souvenez-vous ?  « Mettez un tigre dans votre moteur ». Peut-être pourrions-nous lui offrir une seconde vie en le faisant figurer sur tous les emballages de denrées alimentaire qui contiennent de l’huile palme ?

En quête d’information sur la production de cet oléagineux, j’ai découvert une réalité éloignée d’un accord de libre-échange où tout baignerait dans l’huile, selon les propos des milieux économiques et du Conseil fédéral. Oui, le tigre est emblématique de l’Indonésie. A l’époque ils étaient plus nombreux que les ours en Helvétie, disposant de surfaces nettement plus grandes. Mais son territoire est devenu extrêmement réduit en raison de la déforestation pour l’agriculture et les plantations. Vous y ajoutez le braconnage et il restait entre 400 et 500 individus en 2018. Si leur nombre devait continuer à chuter, les jours du tigre de Sumatra seraient comptés. A-t-il eu le courage d’en parler à son ami l’ours d’Helvétie ? Ce dernier aurait pu être mis en scène avec un orang-outan, lui aussi habitant emblématique de cet écosystème forestier parmi les plus riches en espèces arboricoles (500 variétés d’arbres pour un hectare). Comme pour le tigre, l’orang-outan subit une pression persistante sur son habitat, exercée par les cultivateurs, l’industrie du bois et du palmier à huile. L’équivalent de 150 terrains de foot disparaissent chaque heure à cause du défrichement par le feu en Indonésie à la fin de l’été, où seront plantés les palmiers à huile.

Notre ours, même si c’est un puissant gaillard selon la photo, ferait bien de ne pas s’aventurer trop loin dans ce qu’il reste de forêt. Il pourrait se trouver face à une équipe de bûcherons ou de braconniers qui ignorent tout du beau projet d’Economiesuisse pour un monde meilleur. Cette dernière aurait pu porter un grand coup en novembre dernier en disant oui à l’initiative pour des multinationales responsables. Espérer que tous les animaux de la planète se donnent la patte, pourquoi pas. S’engager pour que tous les habitants de la planète se donnent la main pour la dignité humaine et la préservation des ressources naturelles vitales, c’est mieux, beaucoup mieux et urgent.

Fernand Cuche
Les Prés / Lignières, le 19 janvier 2021

Source de la photo, sur le site https://indonesie-oui.ch/  : https://indonesie-oui.ch/wp-content/uploads/2021/01/tiger_Website_bg-artikel.jpg

Un avant et un après

Pandémie, réchauffement climatique, pesticides de synthèse.

Un avant et un après

C’est un peu rude de reprendre la parole alors que nous sommes déstabilisés depuis des mois par un virus tenace et dangereux, alors que le réchauffement climatique se confirme, et que le débat sur les pesticides de synthèse monte en puissance. Pandémie, réchauffement climatique et pesticides résonnent comme une ultime alerte de plus pour évoluer sans tarder vers un mode de vie durable.

À la sortie du semi-confinement, c’était à la fois réconfortant et troublant de revoir ses proches tout en gardant une distance. Les balades sur les crêtes ou au bord des rivières nous réjouissaient comme jamais. Au retour si vous cédiez à l’envie de tourner le bouton du poste radio, le seul rappel des titres vous ramenait à la réalité ; le Covid 19 revient en force et le réchauffement du climat se confirme. Et pourtant il a neigé, le froid rôde autour des maisons. Veillons à ne pas confondre le temps qu’il fait localement avec l’évolution climatique mondiale. C’est malsain de ressasser cette litanie à l’approche des fêtes de fin d’année. C’est plutôt lucide et responsable pour se donner les ouvertures indispensables et de nouveaux outils afin de ne pas repartir comme avant.

Se remettre en selle… ou pas

Avant de remonter en selle, le choix de la monture dans cet « après » est déterminant. Par exemple, les critères de performance, de compétitivité, de réussite individuelle à tous crins apparaissent démodés, inconciliables avec la nécessité d’être ensemble pour réussir la transition. Choisir l’animal le plus recherché en fonction de sa hauteur au garrot pour passer l’obstacle et gagner la course signifierait qu’une élite est en mesure de réussir en abandonnant les autres. Des élites, notamment financières, se sont succédées ces dernières décennies et sont toujours à la manœuvre pour les résultats que nous connaissons…

Nous avons la liberté de ne pas remettre le pied à l’étrier parce que nous considérons, avec un peu de mauvaise foi, que la situation n’est pas si alarmante. La nature en a vu d’autres, l’humanité aussi. Ce virus coriace a dopé la recherche ; entre temps, nous disposons de vaccins.

Nous disposons de moyens techniques considérables, insoupçonnés, pour capturer le CO2 et le stocker dans les entrailles de la terre, construire de nouvelles digues ou les rehausser pour faire face à la montée des eaux, aux avalanches de rochers ou de laves torrentielles. C’est encore en gestation pour remonter par exemple l’eau du Rhône dans les barrages, pour autant qu’il en reste suffisamment après la fonte des glaciers. Nous avons quelques décennies pour mener à bien ce chantier. Dans l’urgence nous couvrons de bâches quelques langues glaciaires, les plus rentables pour l’industrie touristique. Il faudra beaucoup d’énergie pour réaliser ces travaux gigantesques. Ce plan de lutte contre les catastrophes naturelles relance l’économie qui en a bien besoin. Ces projets titanesques ont peut-être la capacité de nous rassurer à court terme, leur envergure révèle la gravité de la situation et l’absolue nécessité de nous projeter dans « l’après ».

Être lucide peut aussi signifier qu’il est trop tard pour agir parce que nous sommes allés trop loin, beaucoup trop loin. Ce constat nous amène à ne pas quitter sa zone de confort et d’en jouir comme avant, d’en profiter un max ou alors se préparer au mieux pour affronter les épreuves qui s’annoncent, aménageant des lieux autarciques, communautaires ou individuels.

L’intelligence au service de la durabilité

Un constat pessimiste occulte le fait que l’intelligence humaine est à la base de ce que nous avons inventé, développé et construit jusqu’à maintenant. C’est colossal, impressionnant. Tout l’enjeu est de savoir si cette intelligence, par laquelle nous constatons aussi notre égarement destructeur, est capable de penser et construire durablement quelque chose, qui ne peut plus être le prolongement de ce que nous connaissons. Tout l’enjeu est de savoir si nous mobiliserons nos volontés dans un effort commun pour y parvenir, si nous sommes capables d’une prise de conscience profonde, durable, nous incitant à vivre et construire autrement, sans détruire ce qui nous reste. Des femmes, des hommes, des collectivités publiques, des entrepreneurs sont déjà dans l’aménagement d’une autre vie possible sur cette planète sans l’asphyxier, sans l’épuiser, sans nous épuiser. Des jeunes demandent avec insistance une accélération du rythme de la transition pour une planète décarbonée, l’accès pour toutes et tous à un minimum vital décent, une préservation des terres nourricières, des forêts, de l’eau, de l’air et de la biodiversité. Cette revendication est parfaitement légitime.

Même si nos institutions démocratiques semblent aujourd’hui incapables d’intégrer dans leurs fondamentaux l’urgence climatique ; elles devront trouver les voies et la volonté nécessaires pour accélérer cette transition.

Avant de se remettre en selle, il faut abandonner l’idée – devenue un dogme au cours de ces dernières décennies- qu’il n’y aurait qu’une seule direction, qu’un seul modèle économique ; conquérir, produire et consommer, malgré le gaspillage, l’alerte pandémique, climatique, malgré l’épuisement des ressources naturelles et les montagnes de déchets toxiques. Au soir de la votation sur l’initiative « multinationales responsables », c’était rageant de perdre sur la ligne d’arrivée, c’est incompréhensible, inacceptable que la dignité humaine et la préservation de l’environnement ne l’emportent pas largement. La rage passée, soulignons qu’une faible majorité populaire s’est manifestée et que la société civile a joué un rôle majeur. Grâce à ce résultat et à l’engagement de milliers de citoyen-nes, il y a dorénavant un « avant » et un « après » concernant ces enjeux. Pour les votations de cette année (traité commercial avec l’Indonésie – le 7 mars 2021 – et pour une agriculture sans pesticides de synthèse – date de votation pas encore fixée-) qui pourraient trouver un terreau fertile. Nous publierons sur notre site des textes, des vidéos pour ces prochaines campagnes de votations.

Certains lobbys mettent déjà beaucoup d’énergie pour brouiller les pistes et distiller le doute, notamment au sujet des pesticides. Sur le blog de Valentine Python, Conseillère nationale verte, vous lirez un document très étayé pour éviter les pièges de leur désinformation (https://blogs.letemps.ch/valentine-python/2020/11/13/la-campagne-de-desinformation-du-lobby-pro-pesticides-de-synthese/)

Les traités commerciaux et l’abandon progressif des pesticides de synthèse constituent deux thèmes primordiaux pour l’avenir de l’agriculture et de l’alimentation. Passer de l’agrochimie à l’agroécologie de proximité est devenu une évidence.

Fernand Cuche

8 janvier 2021

RTS 1 : GRILLE DES FÊTES 2020 / Rediffusion PASSE-MOI LES JUMELLES du 26.04.2019

Nous avons le plaisir de vous informer que pour sa grille des fêtes, la RTS va rediffuser l’émission « PASSE-MOI LES JUMELLES » du 26 avril 2019 dans laquelle vous pourrez revoir le reportage de Laurence Mermoud « Fernand Cuche, le presque sage ».

Cette rediffusion est actuellement programmée :

→ le mercredi 30 décembre 2020 à 14h sur RTS2

Veuillez toutefois noter qu’en fonction de l’actualité sportive, cette programmation est susceptible d’être modifiée.

Le Temps, blog de Valentine Python, 13.11.2020 : « La campagne de désinformation du lobby pro-pesticides de synthèse »

Sur fond d’élections américaines, de crise sanitaire et économique et d’urgence climatique, sévit depuis plusieurs semaines déjà une campagne acharnée de désinformation au sujet des pesticides de synthèse. Alors que nous voterons en juin prochain sur deux initiatives populaires qui visent à une sortie programmée de leur usage, le lobby concerné met déjà toute son énergie à brouiller les pistes, confondre les esprits et distiller le doute. Nous assistons à une stratégie déjà bien rodée par l’industrie du tabac ou du pétrole. Il s’agit de diffuser un maximum de mensonges, tout en traitant ceux qui osent affirmer le contraire de menteurs. Dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique, nous avons ainsi perdu de précieuses années avant qu’enfin les évidences scientifiques prennent le dessus, et encore cela est loin d’être réalisé partout. Allons-nous répéter le même scénario avec la pollution chimique due à la dissémination des pesticides de synthèse dans notre environnement et nos corps ? Allons-nous cumuler les impacts de cette pollution permanente silencieuse sur la biodiversité et la santé publique aux effets des crises déjà bien visibles du COVID et du climat ?

Ces derniers temps, nous avons pu constater l’effort de désinformation et de manipulation dont use l’industrie des pesticides à travers l’exemple précis du Gaucho : un insecticide néonicotinoïde à base d’imidaclopride suspendu en 2018, suite à un moratoire partiel de 6 ans, en raison de son impact sur les colonies d’abeilles et au sujet duquel pourtant les betteraviers font pression sur le gouvernement pour en obtenir la ré-homologation d’urgence au prétexte d’une diminution de la production.

Quand les menteurs se targuent de détenir la vérité

Suite aux pressions du lobby du sucre, Apisuisse, l’association des apiculteurs suisses a réagi rappelant la toxicité de l’imidaclopride sur les abeilles et préconisant de rechercher d’autres solutions pour venir en aide aux betteraviers, tout en relativisant les pertes évoquées par ces derniers, contradictoires avec les propres chiffres publiés par la branche. Un article de Francis Saucy, président de la Société Romande d’apiculture donne le détail de cette première manipulation des chiffres et des faits en ce qui concerne la productivité des betteraves:

La supercherie ayant été démasquée, on aurait pu s’attendre à ce que Sucre suisse rectifie les choses, au lieu de cela les apiculteurs ont été accusés sur le site de Swiss-food.ch de répandre des « fausses nouvelles » et se sont vus attribués 3 « Pinocchios ». Selon les auteurs inconnus de ce texte : « La discussion sur les produits phytopharmaceutiques nécessite un peu moins d’imagination florissante et plus de fidélité aux faits ». Cela est reproché tant à Bio Suisse qu’aux apiculteurs. Selon cette communication : « La protection des végétaux est largement évoquée dans les médias. Tout n’est pas vrai. Parfois, les faits se mélangent. Il arrive même parfois que de fausses nouvelles soient diffusées massivement. Nous signalons les déclarations et les représentations problématiques dans notre revue de presse. Nous distribuons également les Pinocchios. Les Pinocchios indiquent un conflit avec les faits. Selon la force du conflit, il y a un à trois Pinocchios. » Mais sur quelles bases ce « système d’évaluation », qui se targe de distinguer les fausses des vraies « nouvelles » est-il construit ? Qui gère cette communication ? Qui se cache derrière Swiss-food.ch ?

Qui est Swiss-food ?

Swiss-food se définit comme « l’industrie de la recherche qui assure une production régionale ». Il s’agit en réalité d’une plateforme de communication reliée à Scienceindustries.ch, qui regroupe les industries de la chimie, du pétrole, de la pharma, et de l’agroalimentaire, tels que Dow Europe, DSM Nutritional Products AG, EuroChem Group AG, Future Health Pharma, Lonza AG, Nestlé SA, Novartis International AG,  Sandoz, Sanofi-aventis suisse AG, Selectchemie AG, Sika AG, Société Suisse des explosifs, etc. Parmi elles la holding EMS chimie dont la conseillère nationale Magdalena Martullo-Blocher est directrice. Elle est également membre du comité de Scienceindustries suisse. Au sein de ce conglomérat géant, le groupe Agrar se distingue. On y retrouve toutes les grandes firmes mondiales et suisses productrices de pesticides de synthèse (qui se définissent elles-mêmes comme les spécialistes du domaine de la protection des plantes…) : BASF, BAYER (qui a englobé depuis 2018 Monsanto), Leu+Gygax, Omya Suisse Agro et bien sûr Syngenta.

Leur message principal est grosso modo qu’il ne serait pas possible de nourrir les Suisses sans leurs produits. Il s’agit du même slogan utilisé depuis ses débuts par l’agroindustrie à l’échelle mondiale. Monsanto, sur fond de champ de céréales à perte de vue et de coucher de soleil, écrivait déjà sur son site dans les années 2000: « We feed the World ». Le même laïus est appliqué à l’échelle du pays. Pour justifier ces affirmations, il devient nécessaire pour cette industrie de discréditer l’agriculture biologique, qui, toujours selon le site Swiss-food.ch, non contente de représenter une menace pour notre sécurité alimentaire, serait « mauvaise pour le climat » !!! Alors là on croit tomber sur la tête, surtout quand on est climatologue ! Manifestement, ces individus font fi du dernier rapport de l’IPCC sur les sols (2019) qui préconise explicitement d’adopter au plus vite des modes de cultures respectueux afin de lutter contre leur dégradation. Celle-ci est directement liée aux destructions affligées par les épandages systématiques depuis des décennies de molécules qui tuent les micro-organismes des sols. Cela entraîne une baisse de la fertilité, de la résilience aux sécheresses et aux inondations, donc aux effets du réchauffement climatique, ainsi qu’une baisse de la capacité des sols à stocker le carbone ! Autrement dit, lutte pour le climat et lutte pour la biodiversité, même combat ! Cela passe nécessairement par une réduction drastique de l’usage de ces substances. Qu’à cela ne tienne pour Swiss-food and Co, inversons carrément le message du panel international d’experts du climat ! Pour se faire, ces maîtres de la manipulation arguent de se référer à « deux études scientifiques » alors que le rapport de l’IPCC intègre 7000 références.

Quand le mensonge est édifié en vérité

Ces procédés relèvent de la « communication perverse ». Elle est d’abord faite de fausses vérités, que l’on retourne contre l’adversaire. Par la suite, dans le conflit ouvert, elle fait un recours manifeste, sans honte, au mensonge le plus grossier. Ce processus est bien décrit par le psychiatre Olivier Labouret (1) et nous avons tous pu en apprécier l’application ultime à échelle gouvernementale et internationale avec l’ascension au pouvoir de personnages totalement exempts d’empathie, de scrupules ou de moralité tels que Trump et Bolsonaro.

A l’échelle individuelle, les psychiatres et psychologues connaissent bien les caractéristiques de ces personnages, ce sont les pervers-narcissiques. Ils créent autour d’eux une confusion permanente entre la vérité et le mensonge qui plonge leurs victimes dans le trouble et le doute.  Vérité ou mensonge, cela importe peu pour les pervers : ce qui est vrai est ce qu’ils disent dans l’instant. Le mensonge correspond simplement à un besoin d’ignorer ce qui va à l’encontre de son intérêt narcissique (2). Ainsi le pervers narcissique ne s’intéresse pas à la réalité, mais au pur jeu du langage. Ce refus du réel se dénomme « déni ». Seul compte son désir, dans l’instant.

Identifié au sujet d’un individu, ce comportement est clairement qualifié de pathogène. Il n’en va malheureusement pas de même lorsqu’il est prôné à l’échelle collective et sociétale, associé à la culture capitaliste du consumérisme. Plusieurs auteurs ont dénoncé la signification d’une telle dérive et les risques qu’elle comporte pour la démocratie et le respect de l’environnement (3) On parle de système de prédation, dans lequel la roublardise, la capacité à embobiner autrui est valorisée si elle aboutit à accroître son pouvoir et surtout à s’enrichir. Le célèbre historien Yuval Noah Harari parle même de « religion de l’argent »(4). Dans un tel système, la conscience se désagrège ; comme le mensonge remplace la vérité, le mal devient le bien. Ce processus psychosocial génère une confusion de masse. La réalité est effacée. Dans de telles conditions, comment faire reconnaître à ces « maîtres du monde » les limites planétaires?

L’industrie du mensonge

Swiss-food est manifestement l’outil de relais d’opinion sur internet d’Agrar, voir plus globalement de Scienceindustries Suisse. Il semble construit exclusivement pour répondre à un besoin spécifique de la branche : convaincre l’opinion publique de ne pas voter pour la sortie programmée des pesticides de synthèse. Il s’agit dans le jargon des agences d’affaires publiques d’une « communication de crise », qui, avec la valorisation du capital, la manipulation de l’opinion et l’acceptabilité du risque par cette même opinion constituent tout le savoir-faire de ces spécialistes de la communication et de la psyché humaine (la psychologie du subconscient est au cœur du développement de la propagande ou publicité). En ce qui concerne le risque, rappelons-en la définition : « probabilité d’exposition à un danger, à un événement (maladie, décès, accident) pendant un intervalle de temps défini ». La manipulation de l’opinion aura donc pour objectif de lui faire totalement oublier le risque qu’elle que soit son importance.

Ainsi de la dangerosité de l’introduction du plomb dans l’essence qui a été « comme effacée des mémoires » des populations comme des gouvernements depuis les années vingt et pendant plusieurs décennies alors que la toxicité du plomb était bien connue. Marie-Monique Robin relate dans les détails les malversations de Dupont, Exxon Mobil et General Motors dans le processus de mise sur le marché de l’essence au plomb: « …ce qui se joue en ce mois d’octobre 1924 est capital : c’est la première fois que des industriels qui représentent trois secteurs clés de l’économie – la chimie, le pétrole et l’automobile – unissent leurs efforts pour mener un programme de désinformation systématique, destinés à « embrouiller » les politiques, le presse et les consommateurs, et à museler la recherche indépendante. Le modèle qu’ils vont élaborer servira bientôt à tous les vendeurs de poisons, avec en tête les fabricants de pesticides, d’additifs et de plastiques alimentaires, tous membre in fine de la même famille»(5).

Championne de la distorsion entre la vérité et le mensonge, l’industrie du tabac qui a réussi à faire croire en l’innocuité de ses produits pendant des décennies malgré les évidences médicales, est à l’origine du terme « Junk science » (science poubelle) qu’elle, comble du cynisme, a adopté pour discréditer les recherches scientifiques qui tentaient de rétablir la vérité. En 1992, l’Agence de protection de l’environnement américaine (EPA) publia un rapport proposant de classer le tabagisme passif comme « cancérigène pour les humains ». Le 17 janvier 1993 Ellen Merlo, vice-président de Philip Morris, écrit à son président William Campbell: « Notre objectif numéro un est de discréditer le rapport de l’EPA et d’obtenir de l’agence qu’elle adopte une norme pour l’évaluation toxicologique de tous les produits. Parallèlement, notre but est d’empêcher les États, les villes et les entreprises d’interdire le tabac dans les lieux publics ». Sa réponse : « (il s’agit de)..former des coalitions locales pour nous aider à éduquer les médias et plus généralement le public sur les dangers de la Junk science en les mettant en garde contre des mesures règlementaires prises sans estimer au préalable leurs coûts économiques et humains »(6)… ça ne vous sonne pas familier en ces temps de pandémie ?…N’entendez-vous pas encore Trump crier à la « Junk science » en parlant du COVID alors que des fosses communes étaient creusées? Ou encore hurler « Fake news » aux médias alors que lui-même encourage les réseaux complotistes les plus délirants…

En 1995 Rampton et Stauber dénonçaient les activités aux USA de l’industrie des relations publiques, renommée « Industrie du mensonge ». Depuis, celle-ci a conquis l’Europe et la Suisse. Ces sociétés se sont spécialisées dans la fabrication du consentement, de la désinformation, de l’instrumentalisation de la science et de la création du doute. Ses clients historiques sont l’industrie du tabac, du nucléaire, de la pétrochimie, etc. Les méthodes oscillent de méthodes musclées tels l’espionnage des militants, la discréditation de scientifiques en passant par la corruption ou l’intimidation de fonctionnaires à la douce persuasion et manipulation des foules. « Les années 2000 ont été le décor du lobbying de ces “marchands de doute” et de leurs études sponsorisées dissimulant les dangers de leur chimie, de leurs sodas, de leurs gaz à effet de serre. Mais elles furent aussi, sans nul doute, celles du grand dévoilement. »(7). Depuis 2017, avec la révélation des « marchands de doute » et le scandale du glyphosate, nous savons à quoi nous en tenir:  la firme est allée jusqu’à faire signer par des scientifiques, contre rémunération, des textes rédigés par ses propres employés. Cette pratique, aussi appelée ghostwriting, constitue une grave fraude. Elle implique également de puissants conflits d’intérêts entre l’industrie et les institutions scientifiques. Le Monde donne l’exemple d’un biologiste américain associé à la Hoover Institution, think tank sis à la prestigieuse université Stanford, qui signe plusieurs fois par mois des tribunes dans la presse américaine. Ainsi du New York Times qui ouvre ses colonnes aux harangues contre l’agriculture biologique et à l’apologie des OGM et des pesticides.

Plus près de nous, Arcinfo a publié ce 11 novembre, un véritable playdoyer pour les pesticides directement « parrainé » par la Chambre neuchâteloise d’agriculture et de viticulture. Cette pratique est malheureusement de plus en plus courante alors que les médias sont aux abois confrontés aux baisses de recettes publicitaires et les universités, toujours à la recherche de financement, à la merci des intérêts particuliers. Ainsi, manifestement, fournir des infos toutes prêtes aux journalistes et entretenir un pool « d’experts » prêts à intervenir auprès des médias sont devenues des méthodes courantes de désinformation et de manipulation de l’opinion également de ce côté-ci de l’Atlantique.

Et les producteurs ?

Au sein de la campagne de désinformation concernant les pesticides de synthèse que deviennent ceux qui sont en première ligne, les agriculteurs ? Alors que notre pays ne dispose même pas d’études épidémiologiques les concernant, celles qui ont été réalisées dans les pays voisins font état d’une surreprésentation de maladies graves comme le cancer de la vessie ou la maladie de Parkinson précoce. On assiste tant au sujet de la toxicité de ces substances pour les utilisateurs qu’au sujet de la pollution des eaux souterraines à une forme de déni dans ce milieu professionnel. En effet, comment supporter une telle réalité ?

Face à cette situation, quelle est la position de l’Union suisse des paysans (USP)? Prend-elle les bonnes décisions pour protéger ses membres face aux risques réels que représente l’exposition directe et régulière à ses substances même en respectant les mesures de sécurité (masque, gants, etc.) ? Défend-elle ses membres engagés dans la production biologique face aux diffamations de l’industrie ? Encourage-t-elle les « conventionnels » à se convertir dans la production biologique qui leur offre une bien meilleure condition de vie, de meilleurs prix et la garantie du soutien des consommateurs ? Non, bien au contraire, l’USP est la principale commanditaire d’une « étude» qui vise à dénigrer l’agriculture biologique. Pourtant, en y regardant de plus près, cette analyse très simpliste et sans fondement agronomique sérieux ne risque que de nuire à son auteur et à la prestigieuse Université de St-Gall qui voit sa réputation ternie. Francis Egger, fin stratège et vice-directeur de l’USP, a annoncé la couleur dans l’Agri du 5 novembre dernier : « Nous cherchons davantage de moyens pour contrer ces mouvements », tout en déplorant que la population se souvienne encore des résultats des analyses de l’eau potable du rapport de l’Office fédéral de l’environnement de l’été passé, l’USP prend clairement position en faveur de l’agroindustrie, grande pourvoyeuse de moyens financiers…Mais, il s’agit encore une fois d’évacuer la réalité, celle du risque pour la santé publique et pour la biodiversité de ces substances, en focalisant uniquement sur la productivité. Ainsi, il recommande à ses membres de « défendre leur métier » : « N’ayez pas de complexe à défendre votre métier, à montrer clairement les conséquences que les initiatives auront sur votre revenu et sur les rendements agricoles ». Message parfaitement reçu par les betteraviers semble-t-il, et tant pis pour les abeilles ! Ne nous y trompons pas, l’offensive pour la ré-homologation de l’imidaclopride fera office de test dans ce qui n’est que le début d’une guerre idéologique impitoyable !

Évidences scientifiques

Puisque nous sommes face à une stratégie bien rodée de manipulation des faits et de déni, soit d’évacuation du réel, il me reste à rappeler ce que Swiss-food et ses commanditaires s’évertuent à nous faire oublier ou minimiser la réalité de l’omniprésence de leurs molécules artificielles dans notre environnement et désormais dans nos corps comme les analyses existantes de sang, d’urine ou de cheveux le démontrent. Quels sont les risques REELS pour notre santé et pour le vivant en général de la dissémination de ces produits toxiques que leurs créateurs souhaitent tant pouvoir continuer à vendre ici et ailleurs dans un mépris total des conséquences ?

La pollution chimique des sols, de l’eau, de l’air et des organismes vivants par des milliers de molécules de synthèse issues de l’industrie constitue l’une des principales causes du déclin de la biodiversité (8) et se répercute gravement sur la santé humaine. Elle constitue l’une des neuf limites planétaires et une menace tout aussi grave que le réchauffement climatique. Parmi ces molécules, la catégorie des pesticides de synthèse est particulièrement problématique, non seulement en raison de leur diffusion à large échelle partout dans le monde depuis les années 50, mais également en raison de leur toxicité. N’oublions jamais que ces substances ont été élaborées spécifiquement pour leur effet nocif, mortel et/ou perturbateur d’organismes vivants, qu’il s’agisse de plantes, de champignons ou d’animaux. En outre, de par leur structure artificielle, elle se distinguent par une persistance dans l’environnement. Ces molécules de synthèse sont résistantes aux dégradations biologiques naturelles, elles subsisteront plusieurs années ou dizaines d’année sous leur forme originelle ou se subdiviseront en métabolites, leurs produits de dégradation qui sont souvent plus mobiles et plus persistants que leur substance mère (ex : l’AMPA pour le glyphosate). Substances mères et/ou métabolites s’accumulant dans les écosystèmes, ils ne sont pas biodégradables ; les formules les plus résistantes peuvent rester intactes pendant de très longues périodes, de plusieurs dizaines, centaines ou même milliers d’années. Ils sont capables de contaminer ainsi à large échelle l’environnement et peuvent être transportés à longue distance dans l’air. De par leur résistance et les processus naturels (infiltration, ruissellement, etc.), ces molécules contaminent les sols et l’eau, y-compris nos réserves d’eau potable, comme l’a clairement démontré le rapport de l’Office fédéral de l’environnement.

Non seulement ces substances saturent notre environnement, mais elles ont également la capacité de s’accumuler au sein même des organismes vivants, on parle de bioaccumulation. Elles vont se concentrer dans les corps des espèces en tête de la chaîne alimentaire (poissons carnivores, mammifères marins, oiseaux de proie et évidemment êtres humains). Nous appelons ce processus bioamplification.

Le déclin des insectes et des oiseaux semble être directement lié à l’intensification de l’agriculture et à l’usage des pesticides de synthèse. Chaque pesticide de synthèse autorisé présente un risque spécifique, des centaines de molécules différentes s’accumulent ensemble dans notre environnement et nos organismes, c’est l’effet cocktail. De plus, les réglementations reposent sur le principe de « c’est la dose qui fait le poisson », alors que l’on sait depuis 20 ans au moins que les perturbateurs endocriniens agissent à des doses infinitésimales et que le moment de l’exposition est déterminant, en particulier pendant la vie fœtale. Enfin, l’exposition chronique à long terme à laquelle la biodiversité et la population est confrontée n’est pas prise en compte par le système de régulation. Face à cette contamination généralisée, on essaye de nous faire croire que le risque global est sous contrôle, alors que, par exemple, l’exposition par voie aérienne n’est même pas prise en compte par le gouvernement.

En ce qui concerne le cas particulier des néonicotinoïdes, 1200 études scientifiques indépendantes en démontrent l’impact sur l’environnement, en particulier sur les insectes pollinisateurs bien sûr, plus récemment on vient de comprendre leur impact également sur les milieux aquatiques. L’Office fédéral de l’agriculture a retiré l’homologation de trois d’entre eux seulement en 2018, soit 14 ans après l’interpellation du conseiller national Fernand Cuche qui demandait déjà l’interdiction du Gaucho au nom du principe de précaution!

Épilogue

La ré-homologation du Gaucho vient d’être refusée par l’Office fédéral de l’agriculture, ce dont nous aurions pu nous réjouir si ce refus ne s’accompagnait d’une nouvelle autorisation de deux autres pesticides de synthèse pour le traitement des betteraves. L’un est également un néonicotinoïde, donc potentiellement tout aussi toxique que la substance qu’il vient remplacer ! L’autre appartient à une nouvelle famille de pesticides de synthèse, les kétoénoles, qui présentent d’autres risques pour les insectes pollinisateurs en perturbant la biosynthèse des lipides, et au sujet desquels nous ne disposons pas suffisamment d’études indépendantes. Celles dont nous disposons indiquent déjà des effets perturbateurs endocrinients préoccupants. Une fois de plus, le principe de précaution n’est pas appliqué!

(1) Au chapitre « La mondialisation de la perversion narcissique » de son ouvrage « Le nouvel ordre psychiatrique » (2012)

(2) Marie-France Hirogoyen, “Le Harcèlement Moral”, page 94

(3) S.Rampton & J.Stauber, L’industrie du mensonge. Relations publiques, lobbying & démocratie, Agone, coll. « Eléments », 2012

(4) Yuval Noah Harari, « Le credo capitaliste » in Sapiens, 2015, pp.357-384

(5) Marie-Monique Robin, Notre poison quotidien ; la responsabilité de l’industrie chimique dans l’épidémie des maladies chroniques, Ed. La Découverte, 2011,2013, p. 147

(6) Ibid, p. 159

(7) Foucart, Horel et Laurens, Les gardiens de la raison : Enquête sur la désinformation scientifique, Ed. La découverte, 2020.

(8) Sanchez-Bayo F & Wyckhuys KAG, Biological Conservation 232: 8-27, 2019

Télécharger l’article du blog de Valentine Python (letemps.ch) au format PDF

Voir l’article sur blog de Valentine Python (sur le site https://letemps.ch)

Neuchâtel, votations communales du 25.10.2020 « Penser globalement, agir localement »  Hubert Reeves, astrophysicien.

« Penser globalement, agir localement »  Hubert Reeves, astrophysicien.

 Depuis plusieurs années, cette pensée d’Hubert Reeves me trotte dans la tête comme une invitation à retrouver un lien avec la planète Terre tout en se permettant d’avoir la tête dans les étoiles.

À l’approche des élections communales, cette pensée donne un sens au mandat politique de proximité. Oui, les décisions concernant, par exemple, le coronavirus, l’aménagement du territoire, la mobilité, la formation ou le réchauffement climatique se prennent au niveau fédéral et cantonal, laissant apparemment peu d’espace décisionnel au sein de la commune.

Le mandat politique de proximité doit être considéré comme un engagement pour tisser de nouveaux liens sociaux, de nouvelles coopérations, de l’entraide.

La pandémie qui sévit le révèle avec force lorsque les écoles sont fermées pour des raisons sanitaires. Les effets du réchauffement climatique mobilisent déjà les collectivités locales en cas d’inondations ou de sécheresses.

Agir localement, c’est surtout réfléchir et agir ensemble pour développer une agriculture de proximité, implanter une épicerie, aménager des espaces sécurisés pour les enfants, lutter contre le gaspillage, produire de l’énergie renouvelable, planter des arbres, aménager des espaces cultivés.

La commune est le premier territoire qui nous permet de tisser un lien durable avec la planète Terre, en particulier pour les enfants. La sensibilité verte qui s’est manifestée lors des dernières élections fédérales doit être renforcée dans les communes pour agir localement.

Fernand Cuche
Lignières, le 1er octobre 2020

 

Manif Crédit-Suisse Neuchâtel, ArcInfo, 18.09.2020 et lettre ouverte de F. Cuche à Roger Federer

Lettre ouverte à Roger Federer

Monsieur,

Dans la mesure de leurs moyens, des femmes et des hommes agissent pour diminuer leur empreinte carbone. Ces engagements quotidiens témoignent d’une responsabilité citoyenne pour un bien commun : le climat. Pour réussir à limiter les dégâts, ces engagements doivent être relayés, amplifiés par des investissements financiers massifs pour réussir la transition vers une société décarbonée. C’est aussi la responsabilité des institutions bancaires, des entreprises nationales et internationales. Comme elles tardent à s’investir, à investir dans cette transition inévitable, celles et ceux qui détiennent des capitaux au sein de ces entreprises ont la possibilité d’exiger des placements dans des projets durables. Soyons nombreux et nombreuses à revendiquer le respect de nos choix d’investisseurs.

Cette démarche s’inscrit dans l’exercice de notre responsabilité citoyenne. Habitants d’un pays riche, dont les activités financières jouent un rôle internationalement reconnu, nous pouvons renforcer une orientation nouvelle des investissements afin d’éviter un épuisement irrémédiable de nos ressources vitales.

Il y a plus de 40 ans, nous devons décider de cultiver le domaine agricole selon les directives de l’agriculture biologique. Il s’avère aujourd’hui que c’était le bon choix pour entretenir la vitalité des sols. Pour tous les secteurs d’activités, investir dans le respect de notre environnement naturel est aujourd’hui la priorité.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, mes respectueuses salutations.

Fernand Cuche.
Lignières, le 17 septembre 2020

Télécharger l’article de ArcInfo au format PDF

Voir l’article sur le site de ArcInfo

Le Temps du 28 août 2020, « Un parti, deux générations » avec  Fernand Cuche

« Espoir des Verts vaudois, la députée Alice Genoud est allée à la rencontre de l’un des pionniers de son parti, le Neuchâtelois Fernand Cuche, sur ses terres du Chasseral. Une rencontre sous forme de passage de témoin »

Lire l’article sur le site de Le Temps

Télécharger les pages 18 et 19 de l’édition du 28 août 2020 au format PDF

Télécharger le contenu plus  développé de l’article au format PDF

RTS Un « On a marché sur la terre » (épisode 2) avec Fernand Cuche, 29.04.2020

« Ils sont romands et créateurs de vidéos pour les réseaux sociaux. Ils vont relever chaque semaine un défi : celui de réaliser une vidéo en Europe sur un projet environnemental innovant et étonnant. Nos équipes suivront Méganne, Carolina et Benjamin dans toutes les étapes de la conception de leur film. Dans cet épisode : La centrale à BioGaz à Fleurier / La pêche responsable en Bretagne / Des maisons en carton. » (texte : RTS).

Visionner sur le site de la RTS

Télécharger la vidéo au format MP4

Le bonus des experts, avec Fernand Cuche

« De la pêche responsable en Bretagne, des maisons en carton aux Pays-Bas et du biogaz au Val-de-Travers. Trois Youtubeurs suisses ont parcouru l’Europe à la recherche d’initiatives écologiques. Mais que valent-elles vraiment ? Eclairage avec Fernand Cuche, agriculteur, ancien Conseiller d’Etat neuchâtelois et expert du deuxième épisode d’On a marché sur la Terre. »(texte : RTS).

Visionner sur le site de la RTS

Télécharger la vidéo au format MP4